Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, notamment sur mon premier blog, vous savez que je suis une fan "absolue" de l'émission sur France 5 "Silence ça pousse", pour tous les bons conseils et bonnes idées jardin...

 

1

(rose de mon jardin)

 

Mais il y a quelques mois, un reportage a eu un très gros écho en moi : on nous expliquait tout sur le mouvement de la "Slow cosmétique".

Bien souvent, on soupçonne que ce sont des produits plus sains et plus respectueux de l'environnement, mais la question est : jusqu'à quel point ?

Quels sont les procédés de fabrication ?

Sont-ils si différents des cosmétiques dits "Classiques" ?

Après avoir fait le point sur le Mouvement Slow dans sa globalité, il était important de revenir sur chacun des mouvements en découlant directement, en commençant par une réédition de ce billet, que j'ai, pour l'occasion, légèrement réécrit.

 

Quels sont les procédés de fabrication ?

Une première réponse est apportée par Laurent Gautin, producteur d'huiles essentielles, qui utilise un procédé lent, artisanal, doux et respectueux de la plante pour produire une huile très riche en concenté, de haute qualité...tout le contraire de l'industrie, du système industriel, où tout doit aller très vite !

De fait, la Slow Cosmétique a une devise : des produits bons pour la peau et pour la planète !

Ca commence plutôt bien !

 

Qui est le fondateur de ce mouvement ?

Quelles sont les exigences demandées à un cosmétique Slow ?

 

JULIEN-KAIBECK-35-sur-47

 

Créé officiellement il y a 6 ans par le cosmétologue Belge Julien Kaibeck, après le succès de son livre (Adoptez la slow cosmétique), ce mouvement s'est inspiré du "Slow food" (mouvement Italien) des années 80, qui prônait une meilleure consommation : arrêtons de consommer vite et de manger n'importe quoi !

Quel sujet en adéquation totale avec ce blog, créé au départ avec cette devise : tout pour consommer moins mais mieux !

Bref, pour ce qui est des marques cosmétiques "classiques", c'est très souvent un ou deux actifs qui sont mis en avant, lors du "marketing" et dans la réalité, 80% de ceux-ci sont plein de matières inertes, industrielles, pétrochimiques, siliconées...quel décalage entre la publicité et la réalité !

En Slow Cosmétique, l'étiquette DOIT correspondre exactement à ce qu'il y a dans le produit, et son contenu est obligatoirement noble, bon pour la peau, et pour la planète.

 

Comment décrypter les critères d'un produit Slow Cosmétique ?

C'est très simple, il faut que la formule soit :

- écologique pour ne pas polluer,

- naturelle (que ces ingrédients soient d'origine naturelle),

- que la société qui les fabrique soit de taille humaine, et familiale si possible

- "intelligente" (qui ne promet pas de gommer une ride en une nuit alors qu'il en faut 26).

 

A la fin de sa première année d'existence, ce mouvement reconnaissait 13 marques, aujourd'hui, elles sont plus de 160, essentiellement en France, TOUTES artisanales, liées à leur terroir, et toutes avec des produits différents.

 

Un exemple de jeune entreprise ayant emprunté ce chemin ?

Gaelle Péchot, fondatrice de Alors ça pousse, herbaliste de profession et agricultrice...fait elle-même pousser les fleurs (en permaculture) dont elle a besoin pour ses elixirs et autres macérats, qui sont à la base de ses cosmétiques.

 

Gaelle Pechot

photo prise sur le net lors du lancement de son projet participatif

 

Voici un extrait de son interview accordée à Silence ça Pousse : "La cosmétique pour moi, c'est l'aboutissement de tout le travail qui est en amont. Je prépare le sol, je sème, je fais pousser, je récolte , je fais des macérations, et ça donne le produit fini qui est le cosmétique. Un de mes objectifs était de vraiment créer une gamme de cosmétiques avec des produits locaux. Je suis en permaculture, avec des normes biologiques très poussées, parce que c'est hyper important  d'avoir des fleurs qui soient saines, sinon, que transmet-on avec une fleur qui n'est pas saine...si ce n'est quelque chose de "malsain"? !

Moi, je veux des plantes saines, qui transmettent leur énergie, leur force, leurs minéraux : tout ce qu'elles ont à donner part dans le produit, il est donc indispensable de faire quelque chose qui aille avec l'environnement.

De fait, la plante est peu transformée, ce sont vraiment des produits bruts, avec des méthodes ancestrales : on cueille tous les jours, on met à macérer.

C'est par le fait de rester un certain temps dans l'huile ou dans l'alcool qu'on va pouvoir avoir les principes actifs de ces plantes...c'est très "slow" pour ça !

A la fin, on arrive sur un produit qui est 100% actif, dans le sens où moi, je ne vais pas rajouter d'eau...je suis dans le respect du consommateur : une crème ou un lait "classique" comporte 2% de principes actifs, 80% d'eau (et le reste ?). Je trouve ça assez révoltant de proposer ça aux gens parce qu'en fait, on met de l'eau, et c'est toujours trop cher pour de l'eau ! Donc moi, j'ai vraiment envie de produire quelque chose qui ne soit pas "faux'". De plus, qui dit "eau", dit "conservateurs" car on est obligé d'en mettre dès qu'il y a de l'eau.

Moi, mes produits, quasiment, on pourrait les manger, et c'est ça que je voulais : j'essaie de transmettre le bien-être que l'on ressent quand on est au jaurdin, au milieu de la nature...Le retrouver dans un petit pot, c'est sympa non ? "

 

2

(fleur de mon jardin)

 

************************************************************************

Pour ma part, je comprends mieux ce mouvement, et depuis la première édition de cet article, je suis partie à la découverte de ces entreprises familiales....notamment celle de Gaëlle, que je remercie pour sa gentillesse.

En découvrant son univers, je revoyais ma grand-mère avec ses petits pots où elle mettait des pétales de fleurs pour je ne sais plus quelle préparation....peut-être bien que tout par de là en ce qui concerne mon intérêt pour ces méthodes de fabrications ?!!

Et vous ? Avez-vous eu des grands-parents qui préparaient également leurs propres remèdes et/ou cosmétiques ?

Quels étaient-ils ?

Avez-vous déjà eu envie de retrouver ces savoirs-faire ?

 

Pour l'heure, je vous envoie de gros bisous, vous souhaite un bon week-end...et une très belle semaine.

Je vous remercie de vos commentaires toujours si bienveillants, et je souhaite la bienvenue aux nouveaux abonnés :) <3

Je vous remercie tous également pour vos adorables messages et votre soutien lors de mes derniers soucis de santé : cela m'a fait tellement chaud au coeur <3

Pour relire mon article sur la Slow Life, cliquez  ==> ICI

Pour me soutenir, si vous aimez mon univers, vous pouvez aussi cliquer sur  ==> M'ABONNER

Et bien entendu, vous pouvez également partager cet article sur vos réseaux sociaux :)

3