La Green Life De Nath

17 janvier 2020

Partir avec Petit Futé.com !

Parce-que, comme l'an dernier, j'ai eu le privilège d'assister au cocktail organisé par Le Petit Futé, à l'occasion de la sortie du City Guide Le Petit Futé Poitiers, j'ai pensé qu'il serait intéressant de republier cet article qui est régilèrement consulté selon les statistiques !

Et je vous donne rendez-vous vendredi prochain pour un article inédit, vous emmenant à la découverte d'un endroit où il fait bon séjourner...

******************************************************************************************

Pour en savoir plus :

Quand je suis allée à la soirée organisée à l'occasion de la sortie du Petit Futé Poitiers, je vous avoue que mes envies d'évasion se sont à nouveau exacerbées, et je suis partie à la recherche des magasines que j'achetais il y a quelques années, et que j'adorais lire...pour me laisser aller à la rêverie.

Puis, j'ai voulu en savoir plus sur la création de ce guide, aujourd'hui reconnu par tous.

J'ai donc découvert qu'au départ, c'est un autre guide qui a inspiré les créateurs, Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, du Petit Futé  : Le Petit Paumé (créé en 1968 par des étudiants de Lyon) !

Limité dans les années 80 aux grandes villes de France, on peut désormais trouver plus de 700 guides vous ouvrant les portes du monde entier, avec toutes les indications pratiques pour découvrir une ville, un pays.

En 2006 le Petit Futé Magasine, bimestriel, voit le jour, plus consacré aux vacances, aux loisirs et aux week-ends.

Et afin d'être toujours plus accessible par le plus grand nombre, c'est également sur le web que le Petit Futé se développe et son site est visité par plus de 5,5 millions de personnes par mois !

 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là !

Afin d'être au plus près de nos attentes, en 2016, nait le site MyPetitFuté, permettant de composer son propre guide de voyage, en fonction de nos envies : et c'est là où je vais vous emmener maintenant !

Nous avons programmé plusieurs séjours dans les mois à venir, et pour avoir une idée des endroits où nous pourrions loger, des lieux à visiter, je me suis dit que ce serait une belle occasion de tester ce site.

Surtout, n'ayez pas peur, il est très simple à utiliser grâce au tutoriel accessible en un clic dès l'ouverture de votre compte !

 

Mon expérience :

Après avoir créer mon compte, j'ai donc cliqué sur "je crée mon guide"

Un encart à droite s'est ouvert, séparant l'écran en deux : j'ai tapé le nom de la ville qui m'intéressait. Plusieurs possibilités se sont affichées et en cliquant sur celle que je souhaitais, une image et un historique se sont affichés.

1

Apparait alors également la mention "ajouter à mon guide".

2

 

Une fois cela fait, un petit drapeau vert se dessine sur la carte de France, symbolisant mon choix.

Sur la droite de l'écran, "Mon itinéraire" commence : à vous (à moi !) de choisir d'autres villes et de créer ainsi un parcours personnel.

 

3

Au fur et à mesure des sélections, un trajet se dessine.

S'il ne convient pas, pour changer l'ordre des visites, il suffit de cliquer sur la ville que l'on souhaite déplacer, dans l'encart à droite, en gardant le doigt appuyé sur la souris et à faire ainsi glisser selon l'ordre préféré.

4

 

A partir de ce moment-là, il est possible de sauvegarder, pour y revenir plus tard, ou de valider "Mes villes".

Après validation, on affine la sélection, en cochant des contenus qui correspondent à nos envies : là, j'ai choisi "géographie et nature/ histoire/ patrimoine et tradition" (hum, en réalité, j'ai aussi coché la Bretagne gourmande ! )...

 

5

6

Le nombre de pages et le prix s'affichent et évoluent en même temps que vos choix :

7

 

On continue ainsi avec les "visites recommandées", les restaurants, les hébergements...jusqu'à cette page là :

8

Ne reste plus qu'à remplir....

Voici mon guide personnalisé :)

9

Après l'avoir payé, j'ai reçu un mail et téléchargé, puis imprimé : il est joli n'est-ce pas ? 

Alors, quel sera le votre ?

J'adore l'idée de ce guide personnalisé :

Parce qu'il faut bien le dire, quand on en achète un en librairie, ou sur le net, déjà édité, la moitié des destinations et informations ne nous intéresse pas...et donc, la moitié de ce que l'on paie ne sert à rien.

Avec ce système, on paie le juste prix, et ça moi, j'aime ! :)

Avez-vous déjà acheté des guides...puis regretté en voyant le peu de conseils qui allaient vous servir ?

Seriez-vous prêts à tester cette expérience de guide "sur-mesure" ?

Mais peut-être l'avez-vous déjà fait ?

Je vous envoie de gros bisous et vous souhaite une bonne semaine !

 

 Je vous remercie de vos adorables commentaires qui me touchent toujours autant et qui aident à faire vivre ce blog <3

Merci également à tous les nouveaux abonnés : je vous souhaite la bienvenue parmi nous.

 

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest et/ou partagez-le sur les Réseaux Sociaux ! :)

 

Le_Petit_Fut_

 

 

Abonnez-vous à ma Newsletter (une seule notification par semaine), profitez de mes découvertes, et gagnez des cadeaux tout au long de l'année :)

==> M'ABONNER

 

 

Pour accéder au site du Petit Futé et créer votre guide, cliquez sur  My Petit Futé

 

Pour relire mon dernier article : cliquez sur la photo ci-dessous

 

5___Copie

 

 


10 janvier 2020

Zéro Déchets : Premiers Pas

En ce début 2020, il me semble assez difficile de pouvoir échapper à ce mouvement dont on entend parler de plus en plus.

J'avais d'ailleurs déjà évoqué ce thème dans mon premier blog et il me semblait intéressant d'y revenir aujourd'hui, afin de voir ensemble les progrès de notre société en ce domaine, mais également dans nos maisons, où  le quotidien et ses exigences semblent souvent nous éloigner de nos idéaux.

Pourtant, il suffit juste parfois, d'un peu d'imagination saupoudrée de DIY et autres ateliers ludiques à faire seule ou en famille pour parvenir à avancer...

 

Les premiers pas :

Quand Béa Jonhson a commencé à faire parler d'elle, et que ses livres ont connu le succès que l'on sait, j'avoue avoir pensé que si tout ce qu'elle avait réussi à accomplir aux USA était extraordinaire, cela avait peu de chance de trouver un écho semblable en France, parce-que chez nous, nous sommes moins enclin aux changements : quoi que l'on en pense, on aime bien nos habitudes, cela a un côté "rassurant".

Pourtant, c'est bel et bien une prise de conscience générale qui est venue tout bouleverser au fil des mois, des années.

Nous savons que nous devons changer notre façon de consommer pour limiter notre impact "négatif" sur Notre Terre.

...Et c'est en changeant nous-même, que nous "obligeons" les industriels, grandes surfaces, commerçants à changer eux aussi.

Non, rassurez-vous, je ne suis pas "utopiste" : je sais bien que certains pollueront toujours, mais il me plaît à rêver qu'un jour, peut-être...qui sait ?...

...même si ce jour-là, je ne pourrai l'observer que de là-haut.

Pour autant, est-ce une raison pour ne rien faire du tout ?

 

On avance :

Il est donc des choses toutes simples, que tout un chacun peut effectuer, et qui ne demandent que peu d'efforts.

Je ne reviendrai pas sur nos déchets qu'il est nécessaire de trier : je pense que c'est aujourd'hui l'un des gestes devenu "réflexe" grâce aux différentes poubelles et autres containers fournis par chacunes de nos communes, villes, villages, participants ainsi aux efforts de leurs concitoyens.

Mais il est d'autres gestes, encore plus simples :

Avez-vous pensé au "Stop Pub" sur votre boîte aux lettres ?

C'est incroyable les kilos de papier qui s'accumulent avec les publicités en tout genre !

Avant, nous étions obligés d'aller au container "spécial papier" tous les quinze jours : depuis 2 ans ( voire 3 car le temps passe vite ) nous n'y allons plus que 3 fois par an environ.

C'est donc en plus, un gain de temps.

 

Une autre pratique qui me semblait peu probable d'envisager en France, c'était le développement des lieux de vente en "vrac" : quand je voyais Béa Jonhson aller faire ses achats avec ses bocaux et autres récipients "maison", lors de reportages télévisés, j'imaginais les réactions ahuries de nos commerçants si nous avions fait de même !

D'ailleurs, les débuts ont été laborieux, certains refusant mêmes de servir si l'on ne prenait pas les boîtes plastiques ou autres papiers "d'emballage" mis à nos disposition...dans ces lieux de vente.

Puis, devant la pression des consommateurs, et face à la demande toujours plus importante, ils ont dû évoluer à leur tour : même les grandes surfaces ont commencer à s'y mettre !

Et c'est là que l'on réalise qu'ensemble, il est donc possible de faire bouger les choses...

 

Artisanat, Ateliers et DIY à notre secours :

De même, le Tote bag est entré dans nos moeurs et remplace totalement les sacs jetables.

Pourtant, peu y croyait...beaucoup n'en voulait même pas !

Personnellement, j'en ai toujours 2 dans mon sac à main, dont un très joli car provenant d'une boutique artisanale que j'aime beaucoup et dont j'ai déjà parlé, ici et sur les réseaux sociaux : Jamais Sans Lui.

4

(Je reviendrai plus tard sur cette jolie marque fondée par l'adorable Anaïs, dans un autre article dédié)

 

Mais pour peu que l'on sache coudre à la machine (ou à la main), il est très facile d'en créer soi-même : ma fille s'est cousue le sien il y a quelques années.

Oui, bon, je l'ai un peu aidé pour les anses, mais c'est tout.

Et ayant choisi volontairement un tissu uni clair, en coton épais, elle a pu le personnaliser grâce à des feutres/peinture pour textiles.

 

3

(ma fille avait environ 6/7 ans, et après plusieurs lavages, les couleurs n'ont pas du tout bougé !)

 

 

Pensez-y, cela peut être l'occasion d'un atelier sympathique à faire avec vos enfants ou petits-enfants : ils adoreront l'idée de pouvoir peindre un beau dessin sur un sac qu'ils pourront montrer fièrement à leurs copains/copines...ou que leur maman / mamie sortiront de leur sac au moment des courses !

 

D'ailleurs, en restant dans le "faire soi-même" (DIY), on peut aller encore plus loin en participant à des ateliers "couture pour la maison".

C'est ainsi l'occasion "d'oublier" l'essuie-tout en papier pour le remplacer par de beaux torchons, des serviettes, apprendre à fabriquer des éponges ou autres tawashis, dire adieu également au coton pour le remplacer par des lingettes lavables, revenir aux gants de toilette, aux mouchoirs en tissu.

 

5

 

Vous n'aimez pas le DIY, ou n'en avez pas envie ?

Vous pouvez plus simplement vous en procurer auprès de créateurs / créatrices qui en ont fait leurs spécialités.

Chez nous, nous avons la chance d'avoir Amandine et son Atelier des Pépites : très engagée dans cette démarche Zéro Déchets, elle en a fait son travail à temps plein, pour notre plus grand bonheur.

(Elle vend également en ligne, mais uniquement sur demande. Il suffit de la contacter ICI )

...En plus de tout ce que j'ai évoqué plus haut, elle propose également d'autres articles, notamment des serviettes hygiéniques lavables (non, ce n'est pas "sale", bien plus agréable et sans produits nocifs car elle utilise des tissus certifiés OekoTex), des porte-savons, des étuis pour brosse à dents, des emballages alimentaires écologiques en coton enduit de pure cire d'abeille (l'alternative au film plastique et autre alluminium, qui est pour moi, clairement LA bonne idée car de plus...quasiment inusable).

6

 

Au quotidien :

Pour aller plus loin dans le Zéro Déchets, vous l'aurez compris, cela passe d'une manière générale par le "faire soi-même"... y compris dans la cuisine, et je pense que c'est là, surtout, que c'est le plus difficile, pris dans le tourbillon du "métro-boulot-dodo" : le temps manque, et la fatigue l'emporte sur les bonnes résolutions des petits plats maison.

Et qui pourrait jeter la pierre ?

Sûrement pas moi !

Mais oui, il m'arrive aussi de céder : il faut bien avouer que c'est agréable parfois un plat "tout prêt".

J'ai toutefois une parade : je cuisine souvent le samedi et prépare plusieurs plats à l'avance, que je mets soit au réfrigérateur, soit au congélateur, et que je ressors ainsi tout au long de la semaine.

Nos anciens utilisaient déjà cette méthode.

Aujourd'hui, les Américains ont "réinventé" cette pratique et lui ont même donné un nom : le "batch cooking" !

 

En conclusion :

Comme je préfère toujours voir le verre "à moitié plein", et donc le positif, il me semble que nous avons vraiment fait de jolis progrès et d'efforts dans notre quotidien en quelques années seulement.

Bien sûr, il y aurait encore beaucoup à dire sur ce qu'il est possible de faire pour continuer sur le chemin du Zéro Déchets, et améliorer ces "résultats", mais j'y reviendrai plus tard car je crois qu'il y a déjà là quelques matières à réflexion !

 

Alors dites-moi, vous, où en êtes-vous aujourd'hui avec le Zéro Déchets ?

Est-ce un mouvement qui vous parle ?

 

Je vous remercie de vos adorables commentaires qui me touchent toujours autant et qui aident à faire vivre ce blog <3

Merci également à tous les nouveaux abonnés : je vous souhaite la bienvenue parmi nous.

 

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest et/ou partagez-le sur les Réseaux Sociaux ! :)

5___Copie

 

Abonnez-vous à la Newsletter (une seule notification par semaine), profitez de mes découvertes, et gagnez des cadeaux tout au long de l'année :)

M'ABONNER

 

Pour relire mon dernier article : cliquez sur la photo ci-dessous

 

48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03 janvier 2020

2019 s’envole, Vive 2020 !

Ca y est, 2019 s’en est allée, avec son lot de petits et grands bonheurs, ses joies et ses

peines...

 

 

De cette année, je ne retiendrai que le positif et je tirerai les leçons du reste, car c’est

justement, cela qui nous fait avancer...et qui moi, m’aide à aller de l’avant.

Ce blog, mon «bébé blog» comme je l’appelle encore car il n’a guère plus d’un an et demi,

m’a permis de vivre tant de belles choses, de rencontrer tant de gens passionnants, que

ce soit «virtuellement», ou dans la «vraie vie».

 

2

 

Je vous remercie donc tous d’être là, toujours si bienveillants, de me laisser des

commentaires qui me font si chaud au coeur, car c’est vous aussi qui faites vivre ce blog

et qui me permettez de continuer cette aventure au fil des semaines, des mois...et je

l’espère, des années encore !

 

Merci à vous qui étiez là sur mon premier blog, qui m’avez suivi dans cette nouvelle

aventure et qui avez continué de me soutenir : cela me touche tellement, car non, je n’ai

pas fait «migrer» mon blog, c’en est bel et bien un autre que j’ai créé en repartant de zéro,

car j’aime cette plateforme qu’est CanalBlog et que je maîtrise plus que je ne saurais

jamais le faire sur WP ou autres.

 

Alors certes, j’aurais peut-être plus de visites «ailleurs», mais pourtant, les résultats sont

là malgré tout : en un peu plus d’un an, «LaGreenLife2Nath» s’est hissé au premier

rang des Blogs Nouvelle Aquitaine (et toujours de la Vienne 86), en un peu plus d’un

an mon nombre d’abonnés a atteint le même seuil que le premier en 6 ans !

 

Merci donc à tous les nouveaux abonnés qui ont découvert mon blog et ont décidé d’y

«rester» en s’abonnant à la Newsletter : cela m’encourage et me motive pour continuer,

m’améliorer.

 

Et puis, un grand merci aux marques qui m’ont fait confiance et que j’ai eu tant de plaisir

à tester, puis à vous faire découvrir (ici pour certaines, et sur les réseaux sociaux pour

d’autres).

 

Quelle chance ai-je eu car ma ligne éditoriale étant le Slow Life Style, c’est un univers

varié qui s’est ouvert à moi : les cosmétiques, mais également le tourisme, avec des

lieux insolites mais pas seulement car la France regorge d’endroits magnifiques !

 

Et puis mes collaborations «photos», qui sont une autre grande fierté pour moi, et qui

m’ont permis de réaliser qu’il était temps d’investir dans du bon matériel avec l’appareil

photo Reflex Canon dont j’ai tant rêvé !

 

Ma collaboration avec l’Office de Tourisme de ma ville natale, Châtellerault…

Une belle rencontre avec une équipe adorable, Aurélie, Céline et toutes les autres : merci

beaucoup les filles, j’ai hâte de vous revoir !

 

Je remercie aussi mon adorable Thérèse, journaliste qui fait de si beaux articles, toujours

si chaleureux et si bienveillants, à son image, qui sait tant nous mettre en valeur.

 

Enfin, merci à Corinne (Le blog d’une Provinciale), blogueuse professionnelle, mais

également fondatrice du Magazine Positif, qui sort tous les 2 mois sur le Web, et qui m’a

fait l’immense honneur de me demander de participer à cette aventure, en tant que

chroniqueuse.

 

Vous l’aurez donc compris, 2019 a été une année riche dans tous les domaines, et je

remercie la vie de m’offrir tout ça car malgré un séjour à l’hôpital en fin d’année qui m’a

beaucoup fatigué, et les doutes, les remises en question, un seul constat : ça valait la

peine de s’investir autant car 2020 s’annonce aussi riche en nouvelles rencontres,

partenariats, découvertes, mais je ne vous dévoile rien de plus pour l’instant, je préfère

garder un peu de suspens !

 

Des résolutions pour cette nouvelle année ?

Non, ou plutôt si, une seule : je veux simplement continuer à avancer avec vous…

 

1

Je vous souhaite donc une très belle année 2020 et vous donne rendez-vous la semaine

prochaine pour le premier article de l’année (oui bon, je sais, de fait, ce sera le deuxième !).

 

Alors vous, êtes-vous de ceux qui formulent des résolutions en début d’année ?

Quelles sont celles que vous réussissez à tenir en règle générale ?

 

Gros bisous à tous et félicitations à Jany (Janachète) et à Odile (Fleurs des prairies) : envoyez-moi vos coordonnées en message

privé, vous allez recevoir un savon « Made in Moi », fabriqué lors de l’atelier savon vu ICI.

 

N’hésitez pas à partager cet article sur les Réseaux Sociaux et/ou à l’épingler sur

Pinterest !

Et pour vous abonner à la Newsletter (une seule notification par semaine) et profiter

ainsi de mes découvertes et des cadeaux à venir tout au long de l’année, cliquez ICI.

 

ENCORE UN GRAND MERCI A TOUS : JE VOUS AIME !

20 décembre 2019

Fabriquer ses savons avec l'Atelier de Pacou.

Noël approche, il vous reste des cadeaux à faire, mais vous êtes à court d'idées.

Et si vous offriez des savons artisanaux, ou mieux encore, "home made" ?

Vous savez comme j'aime ce genre de cosmétiques.

Alors, quand l'Office de Tourisme de Châtellerault m'a proposé une rencontre avec Pascale Marcelino, fondatrice de "L'Atelier de Pacou", artisan savonnière, je vous laisse imaginer ma joie...

...et mon "excitation", quand en plus, Aurélie à mis en place un atelier savon avec elle, rien que pour moi (et avec d'autres jeunes femmes de l'OT qui ont profité de l'opportunité : coucou les filles si vous passez par là !), me permettant par la même occasion d'en savoir plus sur leur confection !

 

Mais qui est Pacou ?

Pascale

Musicienne de formation, Pascale partage sa vie entre sa Belgique natale et la France, et particulièrement Châtellerault (Vienne 86)...

Pour trouver son équilibre, elle sent un jour qu'elle doit aller au bout de ses envies, et décide de se former à la savonnerie artisanale, grâce à Aroma Nature.

Mais ce que désire Pascale également, c'est pouvoir transmettre son savoir, par le biais d'ateliers, et ainsi échanger avec ses "élèves" sur les gestes du quotidien, pour tendre vers une vie plus en adéquation avec le respect de la nature, et notre bien-être.

Toujours dans cette optique du respect de l'environnement, tous ses savons et shampoings solides sont donc fabriqués à partir de matières premières issues de l'agriculture biologique (huile végétales, huiles essentielles, argiles, fleurs séchées...).

 

1

 

Et parce-qu'elle met un point d'honneur sur la traçabilité, tous les fournisseurs et listes des ingrédients sont disponibles sur son site.

 

L'atelier savon :

2

Avant de commencer, nous nous sommes toutes protégées avec des tabliers, et avons attaché nos cheveux : principes de sécurité élémentaires (mais la photo a été prise juste avant).

Pour faire cet atelier chez vous, vous devrez prévoir également :

1 paire de lunettes de protection
1 masque pour couvrir le nez et la bouche
1 paire de gant de ménage
1 bouteille de vinaigre
1 tablier

Et pour la fabrication :

1 balance de précision (au gramme près)
1 calculette
1 casserole
1 saladier
Cuillères, couteaux
1 fouet
Moules
Papier essuie-tout
1 mixeur (le même que pour mixer le potage)
2 thermomètres
Petits et moyens récipients pour y peser l’eau, la soude, les huiles essentielles, les argiles, fleurs séchées etc…(jamais de plastique !)
Des serviettes éponges
Du film alimentaire
1 à 2 spatules en caoutchouc
Eponges, nettoyant, torchons (propres) réservés exclusivement à la fabrication du savon.


ATTENTION :

- Les contenants doivent être en acier inoxydable et/ou en verre. L’aluminium est à proscrire au risque de voir des résidus se mélanger à la pâte à savon.
- La pâte à savon est caustique, il faut donc être très prudent lors de sa fabrication et du nettoyage du matériel.
- Se protéger les yeux, la peau et se protéger des inhalations (avec le masque donc) au moment du mélange de l’eau et de la soude.
- Le vinaigre est à appliquer en cas d’éclaboussures sur la peau : il permet de stopper rapidement l’effet de la soude.

4

Les propriétés du savon à froid :

Se nettoyer quotidiennement avec n'importe quel produit (de type gel douche) empêche le film hydrolipidique de faire son travail à savoir, protéger et hydrater notre peau.
Or, dans les savons à froid, de la glycérine est produite lors de la saponification et intégralement préservée contrairement aux savons à chaud, ce qui leurs confèrent naturellement un pouvoir nourrissant et hydratant qui s'ajoutent aux propriétés propres à chaque huile (ou chaque graisse) dont ils sont composés, et permettant ainsi au film hydrolipidique de se réparer et/ou d’être préservé.

Pourquoi est-il important de protéger ce film ?

Il recouvre l’ensemble de la peau et du cheveu, contribuant à la constitution d’une barrière cutanée qui protège des substances étrangères. Il régule également l’hydratation de la peau et du cheveu, et lutte contre les agressions microbiennes...

Bon à savoir :

Les acides gras (huile de coco) permettent à un savon d'être détergent.

Les acides gras saturés, tels que les huiles "solides" ou les beurres végétaux (beurre de cacao, karité et huile de coco) apportent de la dureté au savon.

Les acides gras insaturés, contenus dans les huiles végétales liquides (amande, olive, avocat, tournesol, ricin etc…) ont des propriétés hydratantes, nourrissantes et adoucissantes sur la peau.

Quelques propriétés propres à chaque huile :

Huile de noix de coco : pouvoir moussant mais attention à ne pas dépasser 30% du total du poids des matières grasses.

Huile de palme : n’apporte rien en matière nutritive mais apporte de la dureté au savon. (Si possible utilisez, de préférences des filières écologiques, durables etc ).

Huile d’olive : nourrissante et hydratante.

Huile de tournesol : hydratante mais s’oxyde rapidement donc ne pas en utiliser de trop dans la formule ou utiliser un
conservateur naturel type vitamine E (de plus, elle peut rancir très vite).

Huile de ricin : hydratante, pouvoir moussant et cicatrisant.

Beurre de karité : à utiliser au maximum à 15% du poids total des matières premières.

Huile d’amande douce : hydratante

Du choix de vos huiles dépendra la dureté de votre savon.

 

Il est également possible d'utiliser des huiles essentielles, biologiques de préférence mais, ne dépassez jamais 3% du poids total des matières grasses (idéalement entre 1 et 3%).
Certaines huiles essentielles sont phoyosensibilisantes, principalement les huiles essentielles à base d’agrumes.
La menthe poivrée est à proscrire pour les femmes enceintes et les enfants.

Enfin, avant de commencer à peser vos ingrédients et vous mettre au travail, il est nécessaire de faire un calcul selon la table de saponification que voici, et pour un savon surgraissé à 5%, afin de connaitre le poids de soude à ajouter aux autres ingrédients :

 Table de saponnification

table_de_saponification

 Lors de l'atelier, nous avons donc pesé :

- 300 g d'huile d'olive
- 300 g d'huile de coco
- 250 g d'huile de tournesol
- 150 g de beurre de karité
- la soude ou Hydroxide de sodium (calculée grâce au tableau de saponification, par rapport aux huile/beurre uniquement : voir la photo ci-dessous)
- 330 d'eau
- 10 g d'huile essentielle de citron ou orange douce
- 6 g d'huile essentielle de yang ylang
- 4 g d'huile essentielle de bois de Hô
- 15 g d'argile rose
- 2 g de fleurs de mauve

TOTAL EN GR ………….

Je vous donne les calculs et les résultats en photo :

IMG_20191011_103142___Copie_2

Vous l'aurez compris, le poids à peser de soude est de 149,90 x 0,95 (ce qui correspond aux 5% du "surgraissage"), soit  142,405 g que l'on arrondit à 142 g.

Ci-dessous le tableau récapitulatif du poids exact de tous les ingrédients :

IMG_20191011_103142___Copie_3

 

Passons maintenant à la fabrication étape par étape :

L’ensemble des ustensiles doivent être parfaitement nettoyés ainsi que les surfaces de travail, de chauffe et de nettoyage.

Préparez l’ensemble du matériel nécessaire à la fabrication ainsi que le moule pour la pâte à savon.

Tous les ingrédients sont à mesurer en grammes et non en millilitres !!!

 

66

- Pesez l’eau dans un récipient et y placer une cuillère en inox

- Pesez dans un autre récipient la soude caustique en ayant pris la précaution de mettre son tablier, ses gants et les lunettes de protection

 

soude

 

- Pesez les huiles solides et liquides dans une casserole suffisant pour y accueillir l’ensemble des ingrédients

 

Aur_lie

 

- Pesez séparément les huiles essentielles, les argiles et tout autre ingrédient nécessaire à réaliser la formule.

- Les argiles, les fleurs séchées sont à diluer dans un peu d’huile (prélevée du poids total des huiles).

 

huile_fleurs

huile_argile

 

Dans un endroit ventilé, versez doucement la soude caustique dans l’eau.

ATTENTION…NE JAMAIS VERSER L’EAU SUR LA SOUDE

 

m_lange_soude

 

- Mélanger doucement la soude et l’eau et laisser reposer. Une hausse en température va s’opérer, c’est normal !

- Faire fondre les huiles solides (avec celles liquides) sur le point de chauffe et les mélanger doucement avec le fouet.

 

huile_fondue

 

Dès que les huiles sont fondues, retirer du point de chauffe

- On vérifie maintenant la température du mélange soude/eau et parallèlement les huiles fondues également : il faut que les deux mélanges soient à une température se situant entre 40° et 50° C (tout dépend du type de matières premières utilisées et des ajouts).

 

temp_rature

 

- Lorsque les mélanges sont à température proches, remettre ses gants, ses lunettes de protection, verser tout doucement le mélange soude/eau dans la casserole contenant les huiles.

 

soude_huile

 

- Mélanger avec le fouet (petits mouvements en 8) pour obtenir un pâte homogène.

- Retirer le fouet et plonger le mixeur dans la pâte à savon.

- Mixer pendant +/- 2 minutes : la tête du mixeur doit toujours être posée dans la pâte à savon pour éviter les éclaboussures.

 

mixeur

- Une trace légère va apparaître, le mixer va accélérer la trace (autrement dit, le mélange va épaissir).

- Ajouter alors les d’huiles essentielles, d’argiles etc…, si besoin.

Certains ingrédients risquent d’épaissir la pâte à savon plus rapidement que d’autres (miel par exemple).

- Dès que la pâte est homogène et que la trace est bien marquée, verser directement dans le moule.

 

36

Ici, nous avons décoré avec des fleurs séchées

38

- Protéger la surface du moule avec un film alimentaire pour éviter une trace de soude à la surface du savon.

boite_ferm_e

40

- Envelopper le moule dans une serviette de bain pour faciliter la chauffe et la phase de gel.

- Laisser reposer pendant au moins 24 heures.

- Le lendemain, démouler et couper.

48

Laissez sécher vos savons au minimum 4 semaines pour que la soude s’évapore et que le taux de PH soit à bon niveau entre 8 et 9

 

49

 

Eviter le lumière directe.

Idéalement, dans une pièce à température entre 15° et 20° (et endroit sec c'est mieux !)

Et voilà 14 beaux savons !

 

Lors de la fabrication, des petits problèmes peuvent apparaître…

La trace n’apparaît pas (c'est-à-dire que le mélange n'épaissit pas) : soit la préparation n’est pas assez homogène, soit il y a trop d’eau

Le mélange fait des grumeaux : le mélange n’est pas suffisant ou les 2 mélanges ne sont pas à bonnes températures (trop froid ou trop chaud).

La pâte se solidifie brutalement : soit la température des mélanges est trop basse ou trop élevée, soit il s’agit d’une réaction à un ajout (huile essentielle girofle, thym épices etc…)

Au démoulage, le savon est cassant : surdosage de soude à la pesée

Le savon ne durcit pas dans son moule après plusieurs jours : sous dosage de soude ou pas assez d’huiles dures, ou trop d’huile de ricin par exemple

Présence de bulles d’air dans le savon : dû à un usage trop intensif du fouet et/ou du mixer électrique. C'est juste un problème visuel mais le savon reste utilisable.

Poches ou tâches de soude dans le savon démoulé : la préparation n’a pas assez été mélangée ou mélangée trop lentement ou manque de soude.


Mon expérience :

Vous vous en doutez sûrement, cet atelier m'a comblé : après ma première expérience à la maison, pour la fabrication d'un shampoing solide, je souhaitais en savoir plus et être guidée par un ou une professionnelle.

En effet, c'est une chose de faire sa "tambouille" toute seule, c'en est une autre d'être accompagnée par une personne dont c'est le métier et qui enseigne les bons gestes.

En plus, cela m'a permis de faire la connaissance avec une grande partie de l'équipe de l'Office de Tourisme et nous avons passé un super bon moment toutes ensembles !

De fait, nous nous sommes retrouvées un mois après, pour un déjeuner et récupérer nos savons.

Je remercie donc encore une fois, du fond du coeur, Pascale, pour sa gentillesse et sa bienveillance, ainsi qu'Aurélie et toute l'équipe de l'Office de Tourisme de Châtellerault (vous êtes toutes adorables les filles, et j'ai hâte de vous revoir !).

Je précise que cet atelier m'a gentiment été offert dans le cadre de notre collaboration, mais pour connaitre les tarifs, rendez-vous sur le site de L'Atelier de Pacou ==> ICI

 

CONCOURS

Et pour vous remercier d'être toujours plus nombreux à me suivre, ainsi que de vos adorables commentaires, toujours si bienveillants, je vous propose de gagner un deux des savons fabriqués lors de cet atelier :

Comment faire ? 

Très simple : être abonné au blog, et commenter cet article !

Je ferai un tirage au sort après Noël et donnerai le nom du, ou de la gagnante dans l'article de la semaine ;)

 

Alors, avez-vous déjà participé à un atelier DIY ?

Cela vous plairait-il ?

Dites-moi quel autre DIY vous aimeriez !

 

 

Pour l'heure, je vous remercie de vos adorables commentaires toujours si bienveillants et qui font vivre ce blog.

 

Je vous envoie de gros bisous et vous souhaite UN JOYEUX NOÊL !   :)

Pour vous abonner et rejoindre la Green Family, c'est ICI !

MERCI ! :)

 

Un grand merci également aux nouveaux abonnés : bienvenue à vous <3

 

 

Et puis bien entendu, n'hésitez pas à partager mon article et à l'épingler sur Pinterest !

 

Pour relire mon article sur les Serres Municipales de Châtellerault, c'est ==>  ICI

 

13 décembre 2019

La Chapelle Notre-Dame de la Côte, Morbihan

Il y a un mois, se tenait le Salon de la photo, à Paris, Portes de Versailles...

Vous savez comme j'aime la photo.

Alors, imaginez ma joie quand j'ai su que j'étais sélectionnée par Fujifilm, dans le "carré des influenceuses" (oui, je sais, ce mot est quelque peu "pompeux" ! lol).

J'y étais bien entendu conviée afin de "profiter" par la même occasion, du cocktail organisé par ladite marque.

Cependant, je n'ai pu m'y rendre, comme la plupart du temps, car aller à Paris n'est pas une mince affaire pour moi...et c'était l'anniversaire de ma fille, donc, pas question de ne pas être présente ce jour-là, auprès d'elle...même si le Salon durait 3 jours.

Quelle fierté cependant d'imaginer toutes ces personnes qui verraient ma photo !

Mais, qu'elle était cette photo sélectionnée ?

Quel rapport avec le "retour en Bretagne" dont je vous ai parlé la semaine dernière ?

 

La photo sélectionnée

Cet été, à l'occasion de notre séjour en Bretagne, dans le Golfe du Morbihan, nous avons eu l'opportunité de découvrir des lieux enchanteurs, qui nous ont littéralement séduits.

Je vous ai déjà parlé du Cairn, ainsi que du village où nous étions, Séné, mais il y a eu d'autres lieux sur lesquels je reviendrai plus tard, et notamment, donc, une magnifique Chapelle : La Chapelle Notre-Dame-de-la-Côte, à Sarzeau.

Encore une fois, le charme a opéré, bien que nous ne l'ayons vu que de l'extérieur.

Sa particularité ?

Elle est située au bout de la pointe de la presqu'île de Penvins, en plein vent, avec une forme "arrondie" (en forme de Croix Grecque) qui la protège ainsi des vents, près de la plage, entourée par la mer, à marée haute.

La vie n'a pas été "un long fleuve tranquille" pour cette petite Chapelle, qui date de 1897, construite et détruite plusieurs fois, puis menacée elle aussi par la guerre (voir le Cairn), lors de l'occupation, mais sauvée in extremis par l'abbé Buquen, vicaire de Penvins : l'intervention Divine de la Vierge Marie, sainte patronne des marins, qui se dresse sur son sommet ?

En réalité, il y a eu de nombreuses fouilles, démontrant qu'un sanctuaire existait déjà au Moyen-Age, lui-même construit sur un site Gallo-Romain.

Et si aujourd'hui, le centre du bourg accueille une "autre" église, la Chapelle est restée un lieu hautement symbolique et les légendes qui s’y rattachent contribuent à faire de cette petite chapelle, un véritable trésor historique de la presqu’île de Rhuys (je vous reparlerai dans quelques mois de cette Presqu'île).

J'ai donc pris de nombreuses photos, en faisant le tour de ce petit bijoux d'architecture, et c'est celle ci-dessous, qui a été retenue....

 

0

N'est-elle pas magnifique ?

Elle la regardant ainsi, j'ai tout de suite imaginé...un dessin de Hergé, et je m'attendais presque à voir surgir Tintin !

1

2

3

4

5

De magnifiques vitraux parent la Chapelle, et de petits oiseaux semblent apprécier sa protection !

6

C'est après une journée de découvertes que nous sommes arrivés à la Chapelle, et la nuit commençait à tomber...

8

J'aime beaucoup ces petits cailloux ainsi disposés, mais j'avoue ignorer ce qu'ils symbolisent.

7

Après toutes ces émotions, il était temps de rentrer...

9

Savez-vous ce que représentent ces cailloux ainsi empilés ?

Connaissez-vous d'autres lieux emprunts d'histoire, et chargés de symboles ?

 

Pour l'heure, je vous remercie de vos adorables commentaires toujours si bienveillants et qui font vivre ce blog.

Je vous envoie de gros bisous et vous souhaite un très bon week-end et une très belle semaine :)

Je remercie également les nouveaux abonnés et leur souhaite la bienvenue <3

 

 

Pour relire mon article sur le Cairn, cliquez ==> ICI

 

Et pour vous abonner vous aussi, cliquez ==> ICI

MERCI ! :)

Et puis bien entendu, n'hésitez pas à partager mon article et à l'épingler sur Pinterest !


06 décembre 2019

"Alors ça Pousse ?", Haute Cosmétique Artisanale

Avant de vous emmener à nouveau en Bretagne, je voulais revenir sur la Slow Cosmétique, dont je vous ai parlé dernièrement, et vous faire voyager avec moi dans mes souvenirs d'enfance.

Parce-que c'est exactement ce que j'ai éprouvé en découvrant la gamme de produits concoctée avec amour par Gaëlle Péchot, fondatrice de "Alors ça Pousse ?", dans sa ferme de Bourgogne-Franche-Comté qu'elle cultive en permaculture, ce qui ne pouvait que trouver écho en moi, adepte de cette philosophie, et que je pratique également dans mon jardin potager.

Pour rappel, la permaculture est effectivement une philosophie qui va bien au-delà d'une simple méthode agricole : on aime la terre, notre Pacha Mama, alors on la respecte, on lui laisse le temps de faire pousser les fruits, les légumes, les fleurs, au rythme des saisons...sans la perturber avec aucun produit chimique (intrant).

On prend le temps (encore) de l'admirer, puis de cueillir ce dont on a besoin uniquement...en fonction des saisons.

Et Gaëlle, herboriste de métier, ne s'y est pas trompée : il est temps de revenir aux fondamentaux, de retrouver les connaissances de nos anciens qui savaient quelles plantes utiliser pour chacuns de leurs soins, de retrouver les émotions liées à ces odeurs, ces textures, enfouies au fond de nous, de notre mémoire, de se reconnecter à une cosmétique hollistique (qui prend en compte le corps et l’esprit pour la formulation de ses produits)...retournons au pays de notre enfance.

Mais quels sont ces soins que nous propose Gaëlle ?

Comment sont-ils élaborés ?

Comment les utiliser ?

 

Les soins de Gaëlle :

Avant toute chose, chaque soin a été conçu pour créer une véritable routine hollistique faisant de ce moment, un moment de détente et d'apaisement permettant de faire circuler les énergies en nous, de libérer nos émotions...et de réapprendre à nous aimer.

Vous ne trouverez donc pas 50 produits chez "Alors ça Pousse ?", mais juste ce qu'il faut, parce qu'un baume, utilisé seul ou dilué dans une eau florale peut faire office de crème, sérum, et de contour des yeux.

Soit, 8 baumes (4 pour le visage, dont 1 pour la barbe de Monsieur, 4 pour le corps) et une lotion, la célèbre "Potion Botanique".

 

1

Dans un premier temps, j'ai donc profité d'une campagne de promotion pour me procurer le Baume Premier (Concentré Visage Jour Nuit), le Baume Terre (Masque Botanique Vibratoire Hollistique), ainsi que la Potion Botanique afin de diluer les Baumes Visage.

Puis, regrettant de na pas avoir également commandé le Baume Gomme (Nettoyant Démaquillant Gommant Visage), j'en ai fait part à Gaëlle qui me l'a très gentiment envoyé, ce dont je la remercie car cela m'a beaucoup touchée.

Presque chaque soin est proposé en 2 formats : en "mini pousse" (7ml), idéal pour tester, ou en format "standard" (30ml).

Et sous chacun d'entre eux, parce-que Gaëlle mise sur la transparence à 100%, la liste complète des ingrédients est notée, avec les propriétés et les bienfaits qu'ils apportent : personnellement, j'admire cette démarche qui permet d'en savoir plus.

Preuve également de la bienveillance de la fondatrice qui nous met ainsi en totale confiance.

 

Comment sont-ils élaborés ?

Trois procédés principaux sont utilisés pour recueillir les bienfaits  des plantes et des fleurs :

Les extractions dans l'eau, pour obtenir les élixirs floraux (préparation subtile, résultant de l'infusion au soleil de fleurs, puis filtrée, diluée et dynamisée plusieurs fois).

Les macérations : les fleurs cueillies sont mises en macération dans des huiles végétales locales, dans de grands fûts inox (ou des dame-jeanne en verre) et d'autres dans de l'alcool de raisin bio et local pour aller chercher d'autres actifs.

La distillation : pour obtenir des huiles essentielles et hydrolats (eau florale) comme la camomille et bleuet que l'on retrouve dans la Potion Botanique.

Les huiles et principes actifs sont ensuite travaillés purs (non dilués avec de l'eau), avec de la cire d'abeille bio afin d'obtenir les baumes (sans conservateurs puisque sans eau).

 

Comment les utiliser ?

 

3

La Potion Botanique Onirique (Lotion Hollistique Réconfortante Visage)

Composition : eaux florales (issues de la distillation d’huiles essentielles) de bleuet et de camomille romaine, extractions douces et vibratoires de Belle de Nuit, lavande officinale, bourrache, pommier sauvage, tilleul, alcool biodynamique de raisin, eau de source vitalisée.

Mon expérience :

Dans un premier temps je la vaporise directement sur mon visage pour l'humidifier, avant de me nettoyer avec le Baume Gomme, puis pour parfaire le démaquillage, en rinçage, et j'essuie avec une lingette humide.

C'est ensuite avec le Baume Premier que je l'associe afin de créer une texture plus légère, en chauffant le tout entre mes mains.

 

5

Le Baume Gomme

Composition : pâte de chanvre, huile de tournesol, huile de noisette, miel, charbon activé, romarin, saponaire, achillée millefeuille, pommier sauvage.

Mon expérience :

Chaque soir, après avoir humidifié mon visage avec la Potion Botanique, pour me démaquiller, je prélève une petite quantité du Baume Gomme (à l'aide d'une de mes spatules) et j'effectue des mouvements circulaires.

Les petits grains issus de l’enveloppe de la graine de chanvre, effectuent ainsi un gommage léger et très doux de la peau, la débarrassant de ses impuretés tout en laissant un film protecteur sur la peau.

Puis, je rince avec une lingette humide.

10

Le Baume Premier Concentré Visage Jour Nuit 

Composition : huiles de tournesol et de chanvre, extraits (élixirs floraux et autres extractions douces) de calendula, camomille romaine, millepertuis, sureau noir, noyer, brunelle, lilas, cire d'abeille, propolis.

Mon expérience :

Après le démaquillage, pas de sérum, pas de contour des yeux (je l'avoue, cela m'a fait un peu "peur" au départ, étant addict à ce rituel), juste une petite quantité du Baume Premier, que je dilue avec 2 ou 3 vaporisations de la Potion Botanique.

Je me masse alors le visage et une odeur de champs d'automne m'imprègne et me transporte dans un calme apaisant.

Un voile protecteur reste : je crois que je mets trop de produit mais cela ne me dérange pas car la nuit, ma peau profite ainsi de tous les bienfaits de ces plantes infusées...et le matin, je me réveille avec une peau comme régénérée, qui semble illuminée.

Sans huile essentielle, il est vraiment mon coup de coeur et je sais déjà que je vais acheter un second pot, mais en format standard, pour pouvoir en profiter plus longtemps.

 

7

 

Le Baume de Terre, Masque Botanique Hollistique Visage

Composition : huiles de tournesol et de chanvre, argile verte, extraits (élixirs floraux et autres extraction douces) de mauve sylvestre, consoude, calendula, lavande vraie, camomille romaine, vigne, ortie, millepertuis, noyer, brunelle, sureau, buis, cire d'abeille, propolis.

Mon expérience :

Là encore, un produit, deux utilisations possibles, en soin de nuit ou de jour (même procédé que pour le Baume Premier), ou en masque.

Dans les périodes de stress et de fatigue, il est le compagnon idéal et remplace la crème habituelle.

Pour l'utilisation "masque", après avoir nettoyé mon visage, je prélève une petite quantité (bon, vous l'avez compris je pense, tous ces cosmétiques étant concentrés, il en faut très peu à chaque fois !). J'effectue alors des massages circulaires sur le visage et le cou. Je laisse agir quelques minutes et je rince avec une eau florale laissant sur ma peau un film protecteur. 

Ce soin est également un coup de coeur que je vais racheter !

 

8

9

Mon avis :

Découvrir ces soins et les intégrer dans ma routine du soir a été une véritable révélation pour moi, une expérience sensorielle et olfactive nouvelle qui a fait beaucoup de bien à ma peau, suite aux soucis d'allergies que j'ai eu dernièrement.

Mais plus encore que ces soins inédits, que je vais continuer à utiliser pendant quelques semaines encore, plus encore que ce rituel apaisant, derrière cette jolie marque, j'aime par-dessus tout l'approche de Gaëlle, toute en transparence et bienveillance.

Avec "Alors, ça Pousse", pas de promesses farfelues : "on ne vous promet pas de retrouver votre peau de bébé, mais plutôt de retrouver votre âme d'enfant"...

Pourtant, je constate bel et bien une douceur inédite de ma peau, et des sillons apparus lors de mes allergies se sont atténués.

Alors non, je ne vais pas vous dire que je n'ai plus de rides autour des yeux, mais mes traits semblent plus reposés...et de toute façon, à ce jour, je ne crois pas qu'il existe de crème "miracle" pour nous les enlever : alors je préfère utiliser des soins qui me font du bien, sans faire de mal à la planète, plutôt que d'autres, moins qualitatifs et polluants.

J'ai réussi à me passer de mon sérum, ce que je n'aurais jamais cru possible il y a quelques temps, preuve que ma peau est bien hydratée, et n'est-ce pas là l'essentiel ?

Elle s'est gorgée des bienfaits de la nature et m'en remercie chaque jour.

Je ne saurais donc que vous conseiller ces cosmétiques, pour vous aussi, tenter cette aventure inédite : en plus, je vous rappelle que les formats "Mini pousse" à prix très doux (12€), sont idéaux pour tester...mais également que les prix en format standards sont pour un produit "ultra concentré", qui vous fera plusieurs mois, alors que certaines crèmes de la cosmétique dite "conventionnelle", sont parfois bien plus chères...pour 2% d'actifs et 80% d'eau ! Ce qui fait très cher pour de l'eau !

 

Je précise que cet article n'est pas sponsorisé, et que seul un des produits m'a été généreusement offert pas Gaëlle, et je la remercie encore chaleureusement...mais il me tenait à coeur de vous parler de cette marque que j'ai découvert il y a presqu'un an maintenant, et pour laquelle, vous l'aurez compris, j'ai eu un véritable coup de coeur.

 

A vous de partager avec nous maintenant !

Avez-vous fait vous aussi de belles et inédites découvertes cosmétiques ces derniers temps, ou êtes-vous fidèles à votre marque ?

Racontez-moi, je suis curieuse et j'ai hâte de découvrir avec vous !

 

Pour découvrir "Alors ça pousse ?", cliquez ICI

Et pour relire mon article sur la Slow Cosmétique, où nous faisions déjà connaissance avec Gaëlle, cliquez ICI

 

Pour l'heure, je vous remercie de vos adorables commentaires toujours si bienveillants et qui font vivre ce blog.

Je vous envoie de gros bisous et vous souhaite un très bon week-end et une très belle semaine :)

Je remercie également les nouveaux abonnés et leur souhaite la bienvenue <3

Et pour vous abonner vous aussi, cliquez ICI

MERCI ! :)

Et puis bien entendu, n'hésitez pas à partager mon article et à l'épingler sur Pinterest !

 

 

26 novembre 2019

Slow Cométiques...Tout savoir, ou presque !

Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, notamment sur mon premier blog, vous savez que je suis une fan "absolue" de l'émission sur France 5 "Silence ça pousse", pour tous les bons conseils et bonnes idées jardin...

 

1

(rose de mon jardin)

 

Mais il y a quelques mois, un reportage a eu un très gros écho en moi : on nous expliquait tout sur le mouvement de la "Slow cosmétique".

Bien souvent, on soupçonne que ce sont des produits plus sains et plus respectueux de l'environnement, mais la question est : jusqu'à quel point ?

Quels sont les procédés de fabrication ?

Sont-ils si différents des cosmétiques dits "Classiques" ?

Après avoir fait le point sur le Mouvement Slow dans sa globalité, il était important de revenir sur chacun des mouvements en découlant directement, en commençant par une réédition de ce billet, que j'ai, pour l'occasion, légèrement réécrit.

 

Quels sont les procédés de fabrication ?

Une première réponse est apportée par Laurent Gautin, producteur d'huiles essentielles, qui utilise un procédé lent, artisanal, doux et respectueux de la plante pour produire une huile très riche en concenté, de haute qualité...tout le contraire de l'industrie, du système industriel, où tout doit aller très vite !

De fait, la Slow Cosmétique a une devise : des produits bons pour la peau et pour la planète !

Ca commence plutôt bien !

 

Qui est le fondateur de ce mouvement ?

Quelles sont les exigences demandées à un cosmétique Slow ?

 

JULIEN-KAIBECK-35-sur-47

 

Créé officiellement il y a 6 ans par le cosmétologue Belge Julien Kaibeck, après le succès de son livre (Adoptez la slow cosmétique), ce mouvement s'est inspiré du "Slow food" (mouvement Italien) des années 80, qui prônait une meilleure consommation : arrêtons de consommer vite et de manger n'importe quoi !

Quel sujet en adéquation totale avec ce blog, créé au départ avec cette devise : tout pour consommer moins mais mieux !

Bref, pour ce qui est des marques cosmétiques "classiques", c'est très souvent un ou deux actifs qui sont mis en avant, lors du "marketing" et dans la réalité, 80% de ceux-ci sont plein de matières inertes, industrielles, pétrochimiques, siliconées...quel décalage entre la publicité et la réalité !

En Slow Cosmétique, l'étiquette DOIT correspondre exactement à ce qu'il y a dans le produit, et son contenu est obligatoirement noble, bon pour la peau, et pour la planète.

 

Comment décrypter les critères d'un produit Slow Cosmétique ?

C'est très simple, il faut que la formule soit :

- écologique pour ne pas polluer,

- naturelle (que ces ingrédients soient d'origine naturelle),

- que la société qui les fabrique soit de taille humaine, et familiale si possible

- "intelligente" (qui ne promet pas de gommer une ride en une nuit alors qu'il en faut 26).

 

A la fin de sa première année d'existence, ce mouvement reconnaissait 13 marques, aujourd'hui, elles sont plus de 160, essentiellement en France, TOUTES artisanales, liées à leur terroir, et toutes avec des produits différents.

 

Un exemple de jeune entreprise ayant emprunté ce chemin ?

Gaelle Péchot, fondatrice de Alors ça pousse, herbaliste de profession et agricultrice...fait elle-même pousser les fleurs (en permaculture) dont elle a besoin pour ses elixirs et autres macérats, qui sont à la base de ses cosmétiques.

 

Gaelle Pechot

photo prise sur le net lors du lancement de son projet participatif

 

Voici un extrait de son interview accordée à Silence ça Pousse : "La cosmétique pour moi, c'est l'aboutissement de tout le travail qui est en amont. Je prépare le sol, je sème, je fais pousser, je récolte , je fais des macérations, et ça donne le produit fini qui est le cosmétique. Un de mes objectifs était de vraiment créer une gamme de cosmétiques avec des produits locaux. Je suis en permaculture, avec des normes biologiques très poussées, parce que c'est hyper important  d'avoir des fleurs qui soient saines, sinon, que transmet-on avec une fleur qui n'est pas saine...si ce n'est quelque chose de "malsain"? !

Moi, je veux des plantes saines, qui transmettent leur énergie, leur force, leurs minéraux : tout ce qu'elles ont à donner part dans le produit, il est donc indispensable de faire quelque chose qui aille avec l'environnement.

De fait, la plante est peu transformée, ce sont vraiment des produits bruts, avec des méthodes ancestrales : on cueille tous les jours, on met à macérer.

C'est par le fait de rester un certain temps dans l'huile ou dans l'alcool qu'on va pouvoir avoir les principes actifs de ces plantes...c'est très "slow" pour ça !

A la fin, on arrive sur un produit qui est 100% actif, dans le sens où moi, je ne vais pas rajouter d'eau...je suis dans le respect du consommateur : une crème ou un lait "classique" comporte 2% de principes actifs, 80% d'eau (et le reste ?). Je trouve ça assez révoltant de proposer ça aux gens parce qu'en fait, on met de l'eau, et c'est toujours trop cher pour de l'eau ! Donc moi, j'ai vraiment envie de produire quelque chose qui ne soit pas "faux'". De plus, qui dit "eau", dit "conservateurs" car on est obligé d'en mettre dès qu'il y a de l'eau.

Moi, mes produits, quasiment, on pourrait les manger, et c'est ça que je voulais : j'essaie de transmettre le bien-être que l'on ressent quand on est au jaurdin, au milieu de la nature...Le retrouver dans un petit pot, c'est sympa non ? "

 

2

(fleur de mon jardin)

 

************************************************************************

Pour ma part, je comprends mieux ce mouvement, et depuis la première édition de cet article, je suis partie à la découverte de ces entreprises familiales....notamment celle de Gaëlle, que je remercie pour sa gentillesse.

En découvrant son univers, je revoyais ma grand-mère avec ses petits pots où elle mettait des pétales de fleurs pour je ne sais plus quelle préparation....peut-être bien que tout par de là en ce qui concerne mon intérêt pour ces méthodes de fabrications ?!!

Et vous ? Avez-vous eu des grands-parents qui préparaient également leurs propres remèdes et/ou cosmétiques ?

Quels étaient-ils ?

Avez-vous déjà eu envie de retrouver ces savoirs-faire ?

 

Pour l'heure, je vous envoie de gros bisous, vous souhaite un bon week-end...et une très belle semaine.

Je vous remercie de vos commentaires toujours si bienveillants, et je souhaite la bienvenue aux nouveaux abonnés :) <3

Je vous remercie tous également pour vos adorables messages et votre soutien lors de mes derniers soucis de santé : cela m'a fait tellement chaud au coeur <3

Pour relire mon article sur la Slow Life, cliquez  ==> ICI

Pour me soutenir, si vous aimez mon univers, vous pouvez aussi cliquer sur  ==> M'ABONNER

Et bien entendu, vous pouvez également partager cet article sur vos réseaux sociaux :)

3

15 novembre 2019

Réflexologie et bien-être.

Dans ma quête sur le « mieux-être », j’ai eu la chance de croiser la route de Stéphanie Cousseau, réflexologue à Châtellerault (Vienne 86).

Attirée depuis toujours par ces médecines dites « alternatives », trouvant leurs racines dans les anciennes civilisations d’Egypte, d’Inde et de Chine, c’était pour moi une belle occasion d’en savoir plus et de tester leurs bienfaits.

Se soigner sans médicaments, dans nos vies occidentales, semble pour beaucoup une aberration, pourtant, ne serait-ce pas une réponse à la « surconsommation » de ces molécules chimiques ?

On oublie trop souvent les conséquences, parfois graves, de la surdose et de l’accoutumance, nous poussant à en prendre toujours plus, des virus, de plus en plus résistants aux antibiotiques et posant une véritable problématique.

Notre corps a-t-il vraiment besoin de tout ça pour aller mieux ?

Je ne parle pas des maladies graves qui nécessitent une intervention chirurgicale ou autres, soyons clairs, mais les douleurs, quelles qu’elles soient, et autres « bobos », ne pourraient-ils pas être vus sous un autre angle ?

On oublie également que certaines maladies se déclenchent parfois en « réponse » à un gros stress : je suis persuadée que mon cancer (du col de l’utérus) découle directement de celui de mon papa (dû moins, son premier), car j’ai été diagnostiquée quasiment un an après, à quelques jours près.

Un hasard ?

Ne pourrait-on pas avoir alors une approche plus « globlale », pour prévenir justement, et éviter que notre corps réagisse de façon si violente ? Une méthode plus douce pour se maintenir en bonne santé ?

Ne dit-on pas « Mieux vaut prévenir que guérir » ?

 

Et si tout n’était qu’une question d’équilibre, le fameux « yin et yang » ?

Pour ceux qui l’ignorent, le yin est associé aux notions de réceptivités, de calme, d’intériorité, de douceur et de pénombre.

Le yang quant à lui, est plus volontiers associé à la force, à l’activité, la chaleur et la lumière.

C’est l’équilibre entre ces deux éléments qui favorise une bonne circulation du qi et protège l’organisme contre les maladies.

D’aucuns ont tendance à résumer cela au féminin et au masculin or, le yin et le yang sont en chacun d’entre nous, et en tout être vivant…mais de plus en plus en « déséquilibre ».

De fait, aujourd’hui, dans nos pays occidentaux, la médecine commence enfin à prendre en compte les liens et les interactions entre le corps et l’esprit : peut-être demain, notre docteur nous prescrira-t-il quelques séances de réflexologie avant d’envisager des solutions médicamenteuses ?

 

Mais que propose la réflexologie de « différent » ?

Le principe : stimuler des points précis, appelés « points ou zones réflexes » pour aider le corps à retrouver son équilibre.

Les pieds, les mains, les oreilles et le visage sont le reflet de notre corps et chaque point correspond à un organe.

3

2

1

Elle est conseillée en prévention lors des changements de saison, selon la théorie Chinoise des 5 éléments, mais aussi, justement, de la théorie de Qi, du yin et du yang...pour reconnecter le corps et l'esprit.

Efficace notamment en cas de "dysfonctionnement", de stress, de problème de sommeil, de dépression, d'addictions, de douleurs musculaires, articulaires...et bien d'autres soucis.

J’aime beaucoup cette maxime qui illustre parfaitement le cheminement de la réflexologie : « le pied est la racine de l’arbre, si la racine n’absorbe plus l’eau de la terre, alors l’arbre meurt ».

A méditer…

Alors, prêts pour une séance avec Stéphanie (ou avec un autre réflexologue près de chez vous) ?

Pour ce premier rendez-vous (mais notre deuxième entrevue), Stéphanie m’a rappelé les fondamentaux de la réflexologie, ses origines (ce que je viens de tenter de faire brièvement, plus haut), et qu’avant toute chose, une première séance sert à « remettre les pendules à l’heure », selon son expression.

En fait, il s‘agit de reconnecter le mental et le physique : détoxifier son organisme.

Après avoir répondu à un questionnaire, pour les besoins administratifs, mais également afin de se renseigner sur mes problématiques et pouvoir ainsi s’y arrêter plus spécifiquement lors de prochains rendez-vous, nous sommes allées nous installer pour commencer la séance.

 (Je suis vraiment désolée pour la qualité des photos mais j'étais en contre-jour, et avec les soucis d'ordinateur, je ne suis pas parvenue à améliorer la qualité.)

5

Après avoir apposé ses mains sur mes pieds, c'est l'un après l'autre dont elle "s'occupe" en massant les points réflexes...

6

7

8

 

L’avantage de cette médecine est qu'elle convient à tout le monde, sans limite d'âge, car le travail se fait en douceur.

Toutefois, Stéphanie conseille d’attendre de un à deux mois entre chaque séance et d’en faire une ou deux par an, en préventif, chacune durant environ une heure, un peu plus pour la première.

 

Mon expérience :

Curieusement, j’ai ressenti une très grande soif, signe que les « toxines » s’évacuent m’a expliqué Stéphanie.

En tant que migraineuse, elle m’a également prévenu que je risquais d’avoir une crise, ce qui n’a pas manqué d’arriver dès le lendemain au réveil, et ce, pendant deux jours.

Mais chose étonnante car cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé, depuis, je ne me réveille plus le matin avec cette désagréable sensation d’être « déjà fatiguée ».

J’ai également observé un regain d’énergie : je me sens plus « cadrée ».

J’ai réussi à prendre de la « distance » avec les réseaux sociaux, afin d’être plus en phase avec moi-même et à avoir plus de temps pour, par exemple, rédiger mes articles blog en semaine (j’ai même pris de l’avance, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps), profiter de ma famille le week-end, cuisiner, et faire tout ce que je n’arrivais plus à faire, ou très difficilement : le comble pour une Slow Lifeuse !

En un mot, je me suis « recentrée ».

Ca y est, le mot est lâché !

J’avoue que c’est très étrange ce « déclic », mais néanmoins très agréable.

Je ne pensais pas qu’une séance de réflexologie amènerait autant de changements et de bien-être.

 

Désormais, je n’ai qu’une envie : aller à la rencontre d’autres techniques, de soins, aidant à ressentir autant de « zénitude » !

 

Si vous habitez dans la Vienne (86), et proche de la région Châtelleraudaise, vous pouvez prendre rendez-vous avec Stéphanie, pour tenter l'expérience vous aussi, au 07 66 83 23 56

Il est aussi possible de la contacter via son ==> site

Ou par mail ==>  reflexologie86@gmail.com

Sachez qu’une séance adulte vous coûtera 45€ et 30€ pour un enfant, jusqu’à 15 ans.

Stéphanie est diplômée du Centre de Réflexologie et aromathérapie de Touraine.

Elle maîtrise également le Reiki : méthode énergétique japonaise par apposition des mains pour soulager et libérer le corps et l’esprit. Le travail se fait sur les 7 chakras principaux, et si besoin, sur d’autres points plus spécifiques.

Je ne saurais que vous recommander cette jeune femme adorable, passionnée et passionnante, comme le sont souvent les personnes qui ont choisi de se reconvertir professionnellement et je la remercie de cette invitation qui m’a beaucoup touchée…et fait plaisir !

Je précise que cet article n’est pas rémunéré, mais que la séance m’a été généreusement offerte.

Je remercie Stéphanie du fond du cœur pour cette découverte qui a su ouvrir en moi des réponses à mes questionnements.

 

Alors, prêts à tenter l’expérience vous aussi ?

Connaissez-vous d’autres techniques pour se reconnecter avec soi-même ?

 

Pour l'heure, je vous envoie de gros bisous, vous souhaite un bon week-end...et une très belle semaine.

Je vous remercie de vos commentaires toujours si bienveillants, et je souhaite la bienvenue aux nouveaux abonnés :) <3

 

Pour relire mon article précédent, cliquez  ==>  ICI

Pour me soutenir, si vous aimez mon univers, vous pouvez aussi cliquer sur  ==>  M'ABONNER

Et bien entendu, vous pouvez également partager cet article sur vos réseaux sociaux :)

 

08 novembre 2019

Slow Life Style : retour aux sources.

Slow Life Style !

Trois mots qui interpellent et qui pourtant, résument l’état d’esprit de ce blog, sa ligne éditoriale.

Beaucoup s’interrogent, et m’ont interrogé sur ce terme.

Mais qu’est-ce que la Slow Life ?

Quand ai-je pris conscience de ce besoin de vivre autrement ?

Que m’apporte ce style de vie ?

Autant de questions auxquelles je vais tenter de répondre, afin de mieux vous faire comprendre cette démarche qui est arrivée dans ma vie, notre vie…il y a quelques années maintenant, mais que je connaissais depuis fort longtemps, grâce à mes parents.

 

IMG_20191011_140550

 

Qu’est-ce que la Slow Life ? Ses origines ?

Dans les années 80, en 1986 exactement, un critique gastronomique Italien, Carlo Petrini, n’en peut plus de l’invasion du « fast food » et réagit vivement face à l’ouverture d’un MacDonald à Rome.

Pour contrer cette restauration rapide et la mauvaise alimentation, il créé le mouvement « Slow Food », afin de mettre en avant une cuisine traditionnelle, régionale, et par extension, une agriculture locale et respectueuse de la nature.

De fil en aiguille, le concept « Slow » fédère de nouveaux mouvements : « Slow Tourisme », « Slow Cosmétique ».

Toute une philosophie de vie « Slow », en opposition avec la société actuelle où l’on ne cesse de faire l’apologie de la vitesse, du « rapide », trop souvent assimilés à la performance et à la réussite (ce qui en soi, n’est absolument pas vérifié et porteur de tant de stress).

La Slow Life est donc un mode de vie où l’on se recentre sur le moment présent : ralentir, prendre soin de soi et de son environnement, être bienveillant envers soi-même et...les autres.

Prendre le temps d’apprécier ce que l’on a, préférer la qualité à la quantité…

Revenir à une consommation « raisonnable » et s’éloigner de la surconsommation qui n’apporte que de petits plaisirs « instantanés », rapidement relégués aux oubliettes par un autre « besoin ».

Etre « Slow », c’est également voyager différemment : (re)découvrir le tourisme local, en France.

Cela n’exclut pas totalement de partir parfois à l’étranger, mais plus rarement : je reviendrai plus tard sur le Slow Toutrisme.

 

1

Quand ai-je pris conscience de ce besoin de vivre autrement ?

Quand je suis tombée enceinte de ma fille, rien n’a été très simple : à partir du cinquième mois, j’ai dû rester allongée si je ne voulais pas la perdre ou la voir naître beaucoup trop tôt.

Je n’ai pas eu le choix, mais parce-qu’il fallait bien penser à autre chose, sous peine de devenir folle, j’ai commencé à redécouvrir mon amour pour les loisirs créatifs (la peinture, le dessin, le tricot, etc…) que j’avais trop longtemps laissés derrière moi.

La lecture étant restée mon amie depuis le premier jour où j’ai appris à lire, je me suis replongée dans certains ouvrages avec plaisir, m’apportant une paix intérieure et parfois même, quelques matières à réflexions, comme Siddartha (l’histoire de Bouddha), La Prophétie des Andes, et surtout, Sœur Emmanuelle et son livre qui m’a bouleversée : Richesse de la pauvreté.

Ce fut une révélation !

Avec mon mari, nous avons décidé de revoir nos priorités : j’ai refusé mon « énième » renouvellement (je travaillais dans les écoles) et cesser de travailler.

Nous savions que vivre avec un seul salaire impliquerait des « ajustements » de vie, mais cela nous importait peu : nous allions prendre le temps de vivre et de voir grandir notre fille.

Plus tard, nous avons choisi d’aller plus loin encore dans notre démarche : l’appel de la nature se faisait de plus en plus grand pour moi, elle me manquait.

Je voulais mon jardin, mon potager…

…Et nous avons acheté à la campagne !

 

IMG_20190709_175528

 

Que m’apporte ce style de vie ?

Par association d’idées, quand on parle « Slow life », les gens pensent « vie minimaliste », sans confort

C’est un bien triste résumé.

Dans le concept « Slow », on tend vers une vie Zéro Déchets, loin de la surconsommation, mais on vit bien !

Parce-que justement, nous allons à l’essentiel : a-t-on besoin de 50 tops dans son dressing pour être heureux ?

Je ne le pense pas.

Mon armoire est bien moins pleine qu’avant, et pourtant, je porte presque toujours les mêmes « basiques », preuve que le tri était nécessaire, et que je peux donc encore mieux faire !

Nous achetons « moins mais mieux », et croyez-moi, on s’habitue vite.

Nous ne sommes pas malheureux : au contraire, nous apprécions mieux ce que nous avons.

Nous ne roulons pas sur l’or (je ne retire aucun salaire de mon blog pour l’instant, et mon métier d’artisan étant en suspens, c’est zéro rentrée d’argent pour moi ! lol), mais en achetant presque toujours d’occasion, cela nous permet par ailleurs de « dépenser autrement », en partant de temps en temps découvrir notre beau pays, et plus principalement, ce qui est près de chez nous.

Et comme nous partons tous les trois, nous savourons pleinement ce temps passé ensemble.

Car même en vacances, et peut-être même plus encore, nous prenons le temps : l’été dernier, nous avions établi un circuit, grâce à l’Office de Tourisme du Golfe du Morbihan.

Pourtant, nous n’en avons fait que la moitié : un jour nous étions en visite, et le lendemain, nous restions dans le village, le camping, pour profiter des lieux…à pieds, bien entendu !

Etant de nature angoissée, la vie « Slow » m’a permis d’être mieux, de me reconnecter à l’essentiel, à la nature, à savoir apprécier chaque instant, chaque « petits bonheurs »…ne serait-ce pas ça, être heureux ?

Qu’en pensez-vous ?

Prenez-vous le temps d'apprécier chaque instant ?

Prenez-vous le temps...de ralentir ?

Pour l'heure, je vous envoie de gros bisous et vous souhaite un bon week-end...et une très belle semaine.

Je vous remercie de vos commentaires toujours si bienveillants, et je souhaite la bienvenue aux nouveaux abonnés :) <3

Pour relire mon article sur Le Cairn, dans le Golfe du Morbihan, cliquez ==>  ICI

 

Vous aussi vous pouvez cliquer là :  ==> M'abonner 

N'hésitez pas à partager sur Facebook ou Pinterest, ça me fera chaud au coeur :)

28 octobre 2019

Ils m'ont fait confiance :

Cette page est dédiée aux marques qui m'ont fait (et me feront !) confiance, ainsi que les collaborations ou partenariats divers :

Je les remercie chaleureusement...

Si vous aussi vous aimez mon univers et souhaitez travailler avec moi, pour des tests (produits, accessoires, bijoux, vêtements...), des visites découvertes (insolites, gastronomiques, touristiques...), n'hésitez pas à me contacter à cette adresse : mylovellydolls@gmail.com

 

Office de Tourisme de Châtellerault          

 

Hop Poitou l'annuaire du Haut Poitou

 

Fuji Film                               Fizzer (cartes postales)                    Petit Futé

 

L'Atelier de Pacou                    Hivency             

 

 

Influence4you   Brandslovblogs

 

Réflexologie86                    Alors ça Pousse ?                  Paulette Boutique

 

Phi' Essentiel                    Autour du Bain                   Box Belle Au Naturel

 

Salvia Nutrition                    HashtagBeauty            

 

Naturaly.li                     Lady Green

 

Luxéol                    René Furterer                  

 

Beauty Success (Lancôme)                    So'Senz

 

Elénature                    Ylaé Cosmétiques           

 

Alorée Chlorocosmétic               Corpo35

 

Les Cabanes de Gros Bois                  La Roche-Posay     

 

Karmyliège                   Energipo

 

Charleselie94                  Les Paniers Bio solidaires                  

 

Boutique Anecdotes Chatelaillon-Plage