Pas facile d'écrire un article sur ce sujet me direz-vous.

Pourtant, cela me tenait à coeur.

Déjà, sur mon premier blog, j'avais hésité.

Pas simple de parler d'un tel sujet...surtout quand vous le connaissez de "l'intérieur".

Bon, pas question pour autant d'écrire un article larmoyant...et c'est sûrement pour ça que je n'ai pas pu le faire plus tôt : il fallait évacuer la colère, la douleur, digérer...

Mais je m'étais promis qu'un jour, quand la page serait vraiment tournée dans ma tête...je parlerais.

Et en même temps, l'est-elle complètement ?

A l'heure où j'écris, je ne sais pas même pas si je vais pouvoir réellement regarder le film diffusé à la télévision avec l'incroyable Muriel Robin, sur Jacqueline Sauvage....Je ne suis pas sûre d'avoir envie de me rappeler vraiment...

Mais que dire, si ce n'est "arrêtez les jugements hâtifs", arrêtez les expresions types : "ho, si elle retourne vivre avec son homme, c'est qu'elle aime ça" (sous-entendu, la violence, les "coups").

Rien n'est aussi simple, car non, "ON" n'aime pas ça !

En réalité, il y a eu un tel "travail" de "déconstruction mentale" auparavant, de la part de ces hommes, dont on est amoureuse au départ hein, il ne faut pas oublier que ce sont de grands charmeurs...(si si : vous auriez dû voir le "mien" en train de faire le joli coeur auprès de la gente féminine ! lol )...qu'on les voit comme seuls, capables de s'occuper de nous !

Bah oui, ils nous ont tellement "rabaché" qu'ils nous aiment et que bon, on a de la "chance" de les avoir parce que, au final, on n'intéresse personne d'autre (bah oui hein, on est tellement stupide que, qui pourrait s'intéresser à nous ?...à part eux, qui font en fait, un "rôle d'assitante sociale !)...et de toute façon, on serait incapable de faire quoi que ce soit sans eux !.....

Clairement, ces hommes sont un peu comme des "gourous" qu'on adule et qui nous font faire à peu près tout ce qu'ils veulent, tant ils nous ont lavé le "cerveau" !

....Comme dans une secte, ils réussissent à avoir une telle emprise sur "l'objet de leurs désirs", qu'en face, même quand on crie de "l'intérieur" que l'on ne veut pas...on se voit obéir, comme si notre corps ne nous appartenait pas...plus...incapable de réagir, par peur, et dans l'espoir que ça cessera un jour.

Souvent, ils réussissent même à nous couper de notre entourage....géographiquement, physiquement : un Gourou je vous dis !

...donc, isolées, démunies, affaiblies "psychiquement", il est très dur de trouver la force d'échapper à cette emprise.

Alors, on commence à "s'échapper mentalement"....

Quand Monsieur fait "ses affaires", notre esprit s'envole...Pour supporter, on se met à rêver "qu'IL" a un accident...par "chance, il boit, alors, un accident de voiture....

Seulement voilà, souvent, la seule issue qui se dessine (parce que lorsqu'on arrive à partir, ils continuent à nous harceler, tant et si bien que, nulle part, on ne sent à l'abri de leur emprise)....c'est la mort.

La notre...ou la leur.

Mais oui, je sais, ça parait fou....

Pourtant, si vous saviez le nombre de personnes qui font des tentatives de suicide (ou TS, comme ils disent)...

J'ai eu la chance de n'être hospitalisée qu'une seule fois (longtemps, mais grâce au Ciel, tellement bien "prise en main" par le service et ma famille proche), mais la plupart des autres personnes qui étaient là également, n'ont pas toutes eu cette chance, et n'en étaient pas à leur première tentative...et les infirmières savaient que certaines reviendraient...

Pour tout dire, j'ai vraiment eu beaucoup de chance, et c'est volontairement que je ne me suis pas trop perdue dans le "déballage" du vécu au jour le jour : vous dire que je me levais avec la "boule au ventre", et ne respirait (ou pas) que lorsque "Monsieur annonçait son humeur du jour" me donne à nouveau envie de vomir....

Trop de souvenirs ressurgissent dès qu'on évoque ces moments...Vous remarquez ? Je passe du "ON" au "JE"...et vice versa...syndrome toujours présent....!

...Mettre de la "distance" est encore nécessaire ! :)

Mais si, je parviens à sourire malgré la "boule au ventre et dans la gorge" : c'est mon instinct de survie à moi.

Donc, quand suite à "l'affaire Jacqueline Sauvage" j'entendais certains y aller de leur jugement, ça me faisait dresser les cheveux sur la tête et je me revoyais dans cette vie d'où je ne croyais jamais pouvoir me sortir : bien sûr elle a tué, bien sûr ça n'est pas "bien"....est-elle coupable ? Oui, mais elle a fait de la prison, et croyez-moi, elle a fait une double peine !

Mais surtout, elle a sauvé ses filles de l'horreur...

Et pour avoir juste une "petite idée" de ce qu'elle a vécue toute sa vie (je ne l'ai connu "que" pendant 3 ans), je crois qu'elle a bien "mérité" de vivre en paix maintenant.

Il est temps pour elle et ses filles de réapprendre à vivre...et croyez-moi, ça n'est pas gagné....

Je vous embrasse et vous souhaite une très bonne journée...en attendant le prochain article, plus léger, c'est promis ! :)

 

Vous voulez me soutenir ? Un petit coeur et un partage me combleront !

Merci :)